Vins d'Alsace
Domaine
Jacques Iltis & Fils

                                                                                                                                        

                                                                                                                                         Revue de Presse








Guide Vins et terroirs authentiques





L'apprentissage du Pinot Gris

Article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 23.05.2009



L’histoire de son pinot gris, qui naît à Saint-Hippolyte, ne s’apprend pas autrement. Encore faut-il apprendre l’art de le faire parler. « Enfant, j’ai d’abord observé le travail de mon père. Puis, avec l’âge, j’ai compris : il faut trouver un équilibre, une harmonie entre l’alcool, les sucres et l’acidité », dit Benoît qui gère le domaine familial avec son frère Christophe. L’harmonie de son pinot gris, millésime 2005, distingué d’une médaille d’or au concours pinot gris du monde en 2008, a pris ses origines sur un terroir au sol sablo granitique. « Le pinot gris est très sensible aux variations climatiques. Une période de gel au printemps brûlerait nombre de ses bourgeons et l’espoir de futures grappes ; un été torride nous laisse avec des raisins qui manquent d’acidité, de fraîcheur », explique Benoît qui pratique une viticulture raisonnée. Avant les vendanges, il effectue des prélèvements dans les différentes parcelles de son vignoble. « Les raisins doivent arriver à maturité optimale. En revanche, si le champignon botrytis cinerea nous amène un peu de pourriture noble, il est toujours le bienvenu, parce qu’elle apporte une complexité associée à des arômes de sur maturation au vin », poursuit Benoît. Vu la peau fragile des raisins du pinot gris, une récolte manuelle avec un tri sur pied est de mise. « Nous allons jusqu’à former nos vendangeurs pour cette mission délicate », précise Benoît, « parce que la maturité des grappes est rarement homogène ». Rentrés en cave, les raisins entiers subissent alors un pressurage pneumatique très doux : la délicatesse du pinot gris a ses contraintes. Des levures indigènes, se trouvant à l’origine sur la peau des raisins, se mettent ensuite au travail dans des foudres en bois. « A une température de 18 degrés, elles transforment les sucres en alcool et extraient un maximum d’arômes », explique Benoît qui retrouve la passion de l’équilibre qu’il a observé autrefois chez son père. L’équilibre atteint, il arrête le labeur permanent des levures par le froid. Un pinot gris qui a beaucoup à dire Après un soutirage, qui sépare le vin clair de la lie, commence l’élevage du jeune vin qui achève l’apprentissage du vocabulaire du vin, des mots qui parleront plus tard aux oenophiles. Il durera trois à quatre mois. Alors, que nous dit son pinot gris ? Son bouquet de parfums de fleurs, de miel nous raconte le printemps de l’année 2005. L’été, qui a suivi, lui a offert des arômes de fruits sucrés et une fine acidité, qui exaltent longuement en bouche ses innombrables rayons de soleil, tandis qu’une pointe de pierre rappelle le terroir de ses origines, au pied du Haut-Koenigsbourg.



Retour